CSPTT – 15 / 7 – Costognos

Les quelques semaines écoulées entre la date de la rencontre contre le Promu CSPTT et aujourd’hui n’auront pas enlevées grand chose à l’amertume qu’elle a engendrée.

Compo : 1 Bariety, 2 Polese, 3 Chapelle, 4 Pourteau, 5 Taugourdeau M, 6 Dulcide, 7 Mlatac, 8 Taugourdeau F, 9 Bonnardel, 10 Poly, 11 Thollet, 12 Raunicher, 13 Muth, 14 Lacave, 15 Brunet. Remplacants : Sagnes, Cottignies, Speroni, Rocher, Paradis, Daney, Raulo, Savary

Après deux victoires convaincantes face aux BRUT et VRP, les Costognos arrivent en plein de confiance sur le champêtre terrain de Vincennes. TROP de confiance va nous dire l’histoire.

Sur le papier, la seule chose qui pouvait priver les jaunes et noirs de la victoire était une retombée dans les tranchées dont nous avions enfin réussi à nous écarter.

Sur le terrain, la seule chose que nous avons réussi à faire : plonger pieds joints et avec le sourire dans ces travers. Indiscipline, désengagement, mollesse, passivité, 0 solidarité, mauvaise foi et d’autres mots pourraient compléter la liste, à l’encontre totale des valeurs du Costognisme…

En face de nous, une formation venue de seconde division, plus que décidée à justifier sa place en « top 14 ». Un challenger que nous n’avons pas pris au sérieux et qui nous a corrigé par une pugnacité, une envie, un plaisir de jouer ensemble mille fois supérieur au notre.

Les Costognos ont déjoués, incapables de se montrer dangereux en attaque et laxistes en défense. 80 minutes à subir. Les quelques sursauts d’orgueil auront été insuffisants face à un auto-sabordage ponctué de cartons inutiles. A ce sujet la palme pour Muth, qui aura réussi à se faire pénaliser APRÈS la rencontre pour avoir « discuter» avec l’arbitre. On se demande encore comment il a échappé à la banane (et lui aussi).

Paradis sauvera l’honneur en inscrivant le seul essai de la partie, beaucoup trop tard.

 

Nous avions déjà reçu nos avertissements face au STEAK et aujourd’hui, le blâme est tombé, la leçon a été donnée.

A nous de réagir, nous savons le faire mieux que personne. Ne laissons pas les presque larmes de notre capitaine couler pour rien, respectons nous, soyons dignes…

NON, le prochain à vouloir nous croquer n’aura pas la tache si aisée.

Cette fois pas de remerciements à nos supporters, mais des excuses pour le piètre spectacle proposé. Une pensée également pour Raunicher dit Cross Fit, qui malgré une masse musculaire plus que volumineuse a réussi à se tordre le cou. Nous attendons vite ton retour.