GITANS – 18 / 15 – COSTOGNOS

Compo : 1 Mengu, 2 Montazeau, 3 Lapascalie, 4 Pourteau, 5 Polese, 6 Chapelle, 7 duclide, 8 Mlatac, 9 Bonnardel, 10 Poly, 11 Lacave, 12 Muth, 13 Lefebvre, 14 De Castelbajac, 15 Sagnes
Remplaçants : Brunet, Bariety, Meyer, Rocher, Taugourdeau F, Savary, Thollet

Après plus d’1 mois et demi de trêve hivernale et l’arrière-train encore rouge de la fessée imposée par le promu CSPTT, cette rencontre face au leader de la poule s’avère cruciale.
Non, le Le GitanOlympique Rugby n’a pas le même visage que celui qui a déclaré forfait la saison passée. Le tournoi du LARGE nous avait donné un premier aperçu, leurs statistiques de début de saison annonçaient le danger et le match du jour l’a confirmé.

A l’échauffement les Costognos sont soudés et la motivation se ressent dans l’air frais et matinal de l’ile de Puteaux. En face, je n’arrive pas compter le nombre de rouge et blanc qui gesticulent dans l’embut. Ce n’est pas grave nous sommes 15 contre 15 au coup d’envoi.

La partie démarre en trombe pour les visiteurs que nous sommes. Quelques minutes suffisent à Benjamin Dlde (de retour d’une pubalgie foudroyante) pour planter le premier essai sur un service aléatoire de Mit Mat Muth. Chapelle transforme 0 – 7. Tout va bien.

La réponse ne se fait pas trop attendre, quand le gitan numéro 13 s’extirpe d’une défense marchmallesque, lache sa caravane et vient réduire le score pas loin des perches. 7 – 7 sur une première erreur défensive. Le ton est donné ; la joute va tenir ses promesses.
Sur cette lancée, le gitan numéro 9, en bon « chien de la casse », profite d’un aléa d’arbitrage pour venir inscrire le deuxième essai et prendre l’avantage ; C’est le jeu, 12 – 7.

Il faut se réveiller chez les Costognos, mais la précipitation et l’envie de jouer nous causent du tort, les erreurs se multiplient. Tant et si bien que l’addition s’alourdit suite à une pénalité réussie de nos adversaires du jour ; 15 – 7.
A la pause la frustration se fait sentir dans le clan des Invalides car tout le monde à la sensation que le tableau de marque ne reflète pas vraiment la physionomie de la première période.

La seconde mi temps s’annonce comme une cabale pour recoller. Une première pénalité en notre faveur nous permet de réduire l’écart, malgré un quota de fautes toujours trop élevé. 15 – 10.
La résistance est rude, mais les jaunes et noir ne lâchent rien, et font montre d’envie et de courage. Les assauts pleuvent, le gitan olympique va bien finir par céder.
La lumière viendra à nouveau de Dulcide après une démonstration technique de Brunet.
15 – 15, nous entrons dans le money time. Il reste moins de 5 minutes à jouer et les Costognos se satisferont-ils d’un match nul ? La question est pertinente, mais les 15 protagonistes ont déjà la réponse. Au lieu de botter en touche sur la dernière action annoncée par l’arbitre, le choix du jeu s’impose dans une relance dite du bout du monde.

L’initiative fut belle mais vaine, et dans cette débauche d’Energie, la pénalité est concédée au buteur gitan qui n’en demandait pas tant. Il ne tremble pas et offre la victoire aux siens. Score final 18 – 15.
Le résultat est rageant, mais la copie rendue est satisfaisante face à une très belle équipe que nous espérons bien retrouver en juin… D’ailleurs le capitaine Mlatac conclut la matinée par un discours positif qui laisse présager une suite palpitante.

Les traditionnels remerciements vont aux Gitan Olympique pour l’accueil, à l’arbitre, et comme d’habitude aux fidèles supporters présents.

Enfin, les plus sincères félicitations à notre ouvreur Laurent Poly qui a fini par PINCEr le cœur de sa promise.