HEC, apprendre à oser.

Samedi 26 Novembre 2016, premier tour de coupe contre le LOCH, accessoirement nos co-leaders du TOP 14.

Comment écrire le résumé de cette rencontre si particulière ? Franchement aucune idée… m’en voilà donc parti chercher de l’inspiration sur la toile… quelques clics plus tard, je tombe sur la brochure de l’École des hautes études commerciales de Paris, « HEC, apprendre à oser » ; rien que ça putain : « Les valeurs clés d’HEC sont la sélectivité, l’ouverture internationale et l’esprit d’initiative ».

« HEC en***** » Ces valeurs-là ne sont pas votre, samedi à Pantin les Costognos ont redoublé d’efficacité pour vous le démontrer :

  • Le prix de la sélectivité est décerné à Nicolas Delporte pour sa magnifique réponse suite à la question du pompier alors qu’il était encore agonisant de son KO : « Monsieur vous m’entendez ?? Monsieur, quel est le nom de votre petite amie ? ….hhhh…… Cat…..hhhh …. Et elle… est…. bonne……. » Merci Nico pour ce grand moment, tu as toujours connu le sens des priorités dans la vie à l’image de ton sacrifice face avant dans les genoux de nos adversaires suite à ton bel en-avant.
  • Le prix de l’ouverture internationale est décerné à Laurent Poly …. Non je déconne, le jour où tu trouveras une touche au pied on pourra en reparler en attendant je te conseil d’aller réviser le guide hachette de « comment ne pas se faire intercepter » avec Camille Lopez…
  • Le (vrai) prix de l’ouverture internationale est donc décerné à Gautier De Castelmerdier pour sa très belle prestation en demie de mêlée. Gautier a su tirer profit du manque d’effectif pour montrer l’étendue de sa palette à un poste qu’il découvrait sous les couleurs jaunes et noires. Si Padre était sur le terrain je suis sûr qu’il lui aurait lâché une petite chistera … #serin
  • Enfin, le prix de l’esprit d’initiative est décerné à Pierre Bryan (oui oui c’est un vrai prénom, on ne se moque pas) Raulo pour son très bon match : aucun en avant et un seul plaquage haut (sifflé) !

Trêve de plaisanterie, ce match on aurait dû le gagner. On aurait dû le gagner car on a réalisé la plus belle première mi-temps depuis bien longtemps, de l’envie, de l’application et du game concrétisé par de beaux essais : Boiss sur une récupération de balle a 5m de la ligne suite à un beau renversement derrière la mêlée 7-0 , Thib suite à une belle combi de ¾ en bout de ligne 12-07, Olivier suite à une magnifique course rentrante sur une sortie de balle a quelque mètres de la ligne 19-12, et enfin Boris suite à un super travail des avants sur une touche a 5 mètres : 24-17.

Costognos_HEC

Mi-temps. Des sourires sur toutes les lèvres, un sentiment de maîtrise et une belle satisfaction du travail réalisé.

Malheureusement, comme alerté par capitaine Bobo, notre entame de deuxième mi-temps aura raison du match… un relâchement général, un coachisme un peu bancal et notre effectif réduit pour ce match reporté éprouve à garder le score…

Acculé dans notre camp, le LOCH reprend confiance… 24-22, puis 24-29 … un sursaut d’orgueil permet aux jaunes et noirs de revenir à 29-29 suite à un nouveau mouvement des ¾ initié par notre voleur de hérisson pour un essai à la Vakatawa de Thib lefort…

Reste moins de 20minutes à jouer et sur une nouvelle offrande des costognos, les joueurs de la Business school reprennent l’avantage, 29-34 puis 29-39 sur le coup de sifflet final.

Bizarre ce sentiment qui nous habite… En effet, nous avons perdu, mais au final ce n’est pas très grave… ce n’est pas très grave car l’objectif de ce samedi c’était de prendre du plaisir. On avait en effet pour la première fois depuis le début de la saison accepté d’aborder un match avec un état d’esprit diffèrent. La coupe était censée réunir nos Légendes et nos Costognos. Problème de calendrier, match reporté, on n’était pas très nombreux présents sur le pré. On n’avait rien à perdre et on a pris du plaisir, et ça putain, ça fait du bien ! #ApprendreaOser

LE POINT BANANE :

Aller au charbon/à la mine: descendre dans une mine n’a jamais fait marrer personne. Aller au charbon ou à la mine, c’est donner de sa personne pour effectuer les tâches les plus ingrates, les plus obscures, les plus douloureuses. Si pour le profane, celui qui s’y colle et va au charbon passe souvent inaperçu, il gagne en revanche la reconnaissance du puriste et le respect de son adversaire. Sauf si il prend un cul. #Banane

Leave a Reply