La douche Écossaise

 

1er déplacement périple de la saison, à plus d’une heure de route de notre confort parisien. Nous voilà dans les collines écossaises, à découvrir un terrain recouvert par une pluie fine au bord d’un lac. Il faisait froid, l’attente était longue, mais malgré ça nous avions tous envie d’en découdre avec le monstre du LOCHness, positionné à la 3ème place du classement.

Notre charnière, Greg Laidlaw et Finn Russel est en pleine forme, fraîchement sorti du pub encore imbibé de ce fameux bourbon écossais… (cf point banane)

Coach whisky, rebaptisé pour l’occasion « l’ampoule rouge qui clignote » arrive pile à l’heure dans le vestiaire pour nous motiver, bien au chaud. Mais c’est parti, il faut aller jouer au rugby. Après quelques chewing-gum énergisant bien machouillés, on donne le coup d’envoi. On a envie de jouer, envie de se retrouver après cette longue trêve hivernale, envie de se faire plaisir.

On domine la partie, mais sur nos erreurs de transmission on offre un essai à nos adversaires trop chanceux. (Laidlaw pensait sûrement qu’il tenait encore une pinte et sa cravate autour de la tête, plutôt que le ballon).

On domine encore, on campe dans les 22 mètres du LOCHness mais on n’arrive pas à marquer. Pourtant nous arrivons à percer la défense à plusieurs reprises, mais les repas et les bières de mi-saison nous ralentissent et nous empêche de conclure.

Nous arrivons quand même à marquer une pénalité, ce qui nous amène à 5-3 à la pause.

On sait qu’on peu le faire et qu’on peut couler ce monstre imaginaire, qui justement ne propose pas grand chose et joue de nos nombreuses fautes. Mais une nouvelle mauvaise transmission intercepté nous coûte encore 5 points. Russel a décidément laissé son talent la veille avec la serveuse du pub.

Alors on décide de se réveiller au même rythme que les rayons de soleil qui sortent doucement de derrière les nuages.
Une belle pénal-touche, une bonne combinaison et notre Disney « Rebelle » aplatit dans l’en-but.

Malheureusement, quelques points laissés passé au pied plus tard, nous voilà perdre ce match, pourtant très (ou trop) accessible.

LE POINT BANANE : Je ne vous expliquerai pas pourquoi j'ai été élu... vous l'aurez compris tout au long de ce résumé... J'en profite donc pour dédier ce point banane à la cause de nos actes, la petite Romy, née la veille et qui fait des tontons Laidlaw et Russel les plus heureux des Costognos ! On lui envoi des bisous, ainsi qu'à ses merveilleux parents ❤ Ainsi, pour la 2ème fois de la saison, soyez sûre j'en suis fière, j'ai la banane en cathéter.