Le match de la 60ème

Arrivée à Pantin dans les meilleures conditions météorologique, pour un coup d’envoi annoncé à 11h, finalement repoussé de 30 minutes. Ce qui laisse le temps aux 2 équipes de peaufiner les derniers ajustements, avec des Costognos plus motivé que jamais à l’idée d’affronter le rival du TOP 14, un brin persifleur.

Silence et concentration étaient au rendez-vous dans les vestiaires, chacun sait ce qu’il a à faire, les arrières se repassent les combinaisons, les avant repensent à leurs touches si durement travaillé au Millenium Stadium des Invalides 2 jours auparavant. Malgré un banc maigrichon l’état d’esprit est irréprochable, aucune odeur de gasoil, personne n’est venu là pour enfiler des perles.

Dernières consignes du coach et des leaders techniques, et c’est parti pour 80 minutes de bonheur.

Le son de cloche est donné par un essai de Charles en tout début de rencontre (1ère min). Récupération de la balle suite au coup d’envoi Costognos, fixation de la défense devant les perches, Ju écarte sur sa gauche pour trouver 2 relayeurs pour enfin mettre Charles sur orbite en bout de ligne. Lolo transforme, 7 à 0.

A suivre une pénalité face au perches qui passe à côté (On ne lui en tiendra pas rigueur à notre homme du match 😉)

Pris à la gorge, muselé, le camp rouge et bleu est étouffé par les assauts Costos, qui finalement n’arrive pas à concrétiser sa nette domination des 20 premières minutes.

Les Jaunes et noirs accusent le coup d’un début de match tonitruant, comme l’avait demandé le coach Azzedine Zidane. Faire le dos rond n’a pas suffi, et les Crocodiles viennent par 3 fois aplatir la gonfle dans l’en-but, 19 – 7, avantage Crocos.

Il reste 2 minutes en première période, les Costo sont à l’attaque, percée de Benjamin, qui mène à un essai, injustement refusé, l’arbitre revenant à la faute Croco ne laissant pas l’avantage, incompréhension générale…  Les Jaunes et Noirs ne baissent pas les bras, personne ne ronchonne, on veut marquer avant la pause afin de sortir la tête de l’eau et rentrer aux vestiaires avec cet essai qui les remettrait sur les bons rails.

C’est chose faite, sur une passe sautée éclair de Mosa pour Greg Ashton, ce dernier vient nous gratifier de son 2ème essai de la saison. 19-12.

MI-TEMPS

Le moral est là à la pause, les oranges et le coup de gueule d’Azzedine aussi. Un parfum de sérénité flotte coté CRC.

La seconde période démarre sur les chapeaux de roue, une pénalité de Steven Lolo Gerard, et 3 essais de suite pour les Costo entre la 40 et la 60ème.

Tout d’abord sur une Costognos, la touche maitresse très peu en réussite depuis le début de la saison. Encore Charles, qui s’échappe du groupé pénétrant après la touche et qui nous ramène a égalité suite à la transfo de Lolo. 19 partout !

Le second sur un coup de pied de dégagement, le 15 Croco se troue en jugeant mal la trajectoire, et se voit sanctionné d’un en-avant (les gens de mauvaise foi diront qu’il y avait bien en-avant). Mêlée Costo dans les 5 adverse, et c’est notre Adrien-Etienne national qui fait passer son équipe pour la 2ème fois du match devant au tableau d’affichage. Formalité concernant la transfo, 19-29 COSTO !

Sur une énième touche gagnée, transmise rapidement à Ju puis Lolo, Mosa, Benjamin et essai de notre capitaine, Bobo.

Les Costognos mènent désormais 19 à 36 (Lolo à la transformation), il reste 20 minutes. Léger relâchement, à l’image de la première période, réduction du score, 26 – 36.

L’action du match arrive à la 75ème, petit coup de pied insolent par-dessus la défense du numéro 4 qui s’est senti pousser des ailes… ou des pieds… Ce qui lui vaudra incontestablement la banane ! 🍌

Dernière poussée des gars de l’EM Lyon, dernier essai, 33 – 36. Ultime action sur l’engagement, c’est chaud dans le camp des visiteurs. Ce n’était sans compter sur la roublardise de Ju Brunet, qui vient gratter un ballon de l’espace. Coup de sifflet final. On est là, on est là…

Et oui, les Costognos l’ont fait, cette bande de copains, à 19 contre 30 reviennent à la maison (au XV) avec la victoire !

Merci au staff, supporters, femmes de joueurs, aux absents et blessé qui nous ont supportés et cru en nous jusqu’au bout.

La suite à Champigny samedi 10 contre le RCAP.

 

Leave a Reply