Les VRP, un pont à franchir…

Samedi 3 Décembre 2016, dernier match de la phase régulière.

Le soleil est au rendez-vous et il ne fait pas si froid que ça pour un 3 Décembre (y’a plus de saisons comme dirait notre bonne amie Lucette).
L’enjeu de ce match est simple : finir la phase aller du TOP14© en restant invaincu. Pour nous empêcher de relever ce défi se présente à nous l’équipe des VRP de ce diable (coucou Christian Jean-Pierre) de Greg Degrange (qui une fois n’est pas coutume, fera preuve d’une roublardise que ne renierai certainement pas Morgan Parra).
Revenons-en à ce match. Après un échauffement commencé avec 15 minutes de retard on peut sentir une petite pression monter au sein des Costognos©, notre capitaine adoré Boris nous prévient qu’en face ils ne sont pas venus pour nous regarder jouer, qu’ils en ont marre de perdre contre nous et qu’aujourd’hui il va falloir jouer en équipe, en copains pour pouvoir lancer la cavalcade (nous ne comprenons toujours pas ce que cela veut dire).

Après ce discours #valeursdelovalie qui a fait chialer la première ligne au grand complet, le match peut débuter.
Je vais essayer d’être le plus objectif possible en vous faisant le déroulé de cette rencontre mais sachez qu’il y’ a eu deux périodes pendant ce match : une première mi-temps de feu (digne du grand Barça) et une seconde mi-temps beaucoup plus insipide (digne de l’OM de cette année)
Alors commençons par cette fameuse première mi-temps :
C’est bien simple, pendant 40 minutes nous avons vu un PACK Costognos© à l’apogée de son talent. Mention spéciale pour la première ligne qui a éclaboussée cette période de sa classe (courses incisives, soutient permanent, plaquages destructeurs et j’en passe…).
Pour revenir au match, les Costognos©, soleil et vent dans le dos, débutent très mal ce match : A peine commencé que voilà les VRP qui marquent un essai sur une mélée anodine (mauvaise communication mais ce n’est pas grave les gars on se relève comme a dit Bobo).

 

Après ce détail les Costognos© finissent par planter la tente dans les 50 de nos adversaires du jour, Et vas-y que ça envoie du jeu à gauche à droite sans arriver à trouver la faille.

Costognos-VRP

C’est à ce moment-là que le PACK Costognos© décide de prendre les choses en main. A la suite d’une touche trouvée dans les 10m adverses par Lolo ou Boiss je ne sais plus, le PACK forme la fameuse cocotte d’école (magnifiquement conduite par notre cher n°9) qui ira s’écrouler dans l’en-but permettant à Martin Verspi de marquer un essai.
Après ce premier essai les Costognos ne baissent pas le rythme, ils repartent dans les 50 de nos amis des ponts et c’est à ce moment qu’intervient l’action du match : Après une percée d’un ¾, le jeu se retrouve à 6,5 m de l’en-but adverse, je me replace dans la ligne sentant l’opportunité de marquer le plus bel essai de ma prolifique carrière. Ju extrait le ballon du tas posé devant lui, le transmet une première fois à l’ami Boiss qui fixe un défenseur et me donne le ballon (ATTENTION ACTION D’ANTHOLOGIE), j’enchaine par une course à fond de 5e, fait un crochet extérieur sur le 15 venu essayer de défendre sur ma personne et plonge magnifiquement en terre promise (certains jaloux diront que j’ai aplatit le ventre avant le ballon mais ne les croyez pas ils étaient trop loin pour voir).

Costognos-VRP

Ce magnifique essai non transformé par Lolo en appela un autre tout aussi magnifique. Ainsi les 3/4 n’arrivant pas à faire la différence tout seul notre ami Mengu (membre de cette brillante première ligne dont je vous parle depuis le début) prend le ballon, joue aux quilles avec 4 adversaires et va lui aussi plonger dans son style si caractéristique.

Costognos-VRP

Nous en sommes donc à 3 essais à 1 en faveur des Costognos©.
On me souffle dans l’oreillette qu’un 4e essai aurait été marqué par un ¾ mais je n’ai pu le voir car trop occupé à relever un copain resté au sol.
MI-TEMPS : Nous rejoignons donc les vestiaires avec une confortable avance du au match magnifique produit par le PACK Costognos©.
Pour la 2ème mi-temps je pourrais faire un copié collé des résumés des précédents matchs : Nous n’avons pas existé car trop relâchés. Les ponts ont joué les coups à fonds et nous sont passés au-dessus (grâce à leur pont… vous l’avez). Le seul coup d’éclat Costognos© de cette mi-temps fut la percée sur 95,8 mètre de notre ami Benjamin qui par excès d’altruisme décida de donner la balle à Flo Chapelle plutôt que d’essayer d’y aller seul : Bravo pour ce geste #valeursdelovalie.
Bilan de cette deuxième période, 1 essai à 0 pour les ponts.

Costognos-VRP

Néanmoins l’essentiel est assuré : Les Costognos© finissent la première partie de la saison invaincus et se présentent dans les meilleures conditions possibles pour les prochaines échéances qui les verront affronter de gros morceaux (Gitans, LOCH entre autres)
Point roublardise : Mention spéciale à notre ami Greg Degrange qui profitant de sa connaissance parfaite des Costognos©, réussi à se placer dans la ligne lors d’une percée de Dulcide qui lui donna par la suite le ballon pensant faire une passe à votre serviteur qui encore une fois était au soutient.

Bisous.

LE POINT BANANE :

Nous avons eu cette fois une drôle d’élection : Etaient nominés par notre précédente banane Lolo Poly : Julien, Valentin et moi-même. Autant pour les deux premiers je peux le comprendre, mais ma nomination révèle de l’ambiance au sein des Costognos© : il y a de la jalousie partout, je ne comprends pas pourquoi on ne me nomme pas homme du match mais passons. Nous arrivons au vote et là se produit une chose inédite dans l’Histoire de la banane : personne ne votre pour l’un des nominés redonnant de facto la banane à son ancien dépositaire Lolo Poly. Mais comme tout bon Marseillais qu’il est, notre ami Poly est allé se plaindre auprès de notre président bien aimé qui tel Bokassa en son temps nomma arbitrairement la nouvelle banane : MOI (un scandale). Mais comme toute mauvaise action à des répercussions positives pour l’opprimé je peux vous dire que j’ai fait sensation avec cette banane à la soirée annuelle de nos amis les PEER.

 

Leave a Reply