Piment d’Espelette !

Ce samedi 5 novembre 2016 à Chicago, des petits bonhommes verts ont roulé sur des manchots habillés en noir. Mais le vrai rendez-vous rugbystique de cette journée se déroulait à Vincennes, où les Costognos recevaient le PEER, champion en titre du TOP14 FFSE. Cette date, tous les Costos l’avaient coché dans leur e-calendrier. Même Manu Tougoudou nous a gratifié de sa présence, c’est dire l’importance de cette rencontre.

Costognos_Peer

Café, caca, clope, d’abord la jambe gauche, toujours. C’est la routine dans les vestiaires. Les jaunes et noirs ne se laissent pas déconcentrer par le retard du coup d’envoi. Quelques montées de genou, et Captain Bobo motive ses troupes qui auront à coeur de recentrer un certain clocher.

Costognos_Peer

Dès le coup d’envoi, les abeilles arborant pour la première fois leur nouvelle tunique or et noire mettent la pression sur les basques. Ces derniers sont acculés dans leurs 22. Pénaltouches, groupés, petits tas, les Costos montrent l’étendue de leur palette de jeu Do Brasil ®. À 5m de la ligne et après quelques subtiles fixations de la défense, le ballon gicle sur le petit côté délaissé par la défense adverse et notre shemale favori n’a plus qu’à aplatir en coin. 5-0. Quelques minutes plus tard, Pastaud rentre sa course et éclate le premier rideau. 2-3 offloads plus tard, Martin tombe entre les perches avec la gonfle. À ce moment du match, Mosa décide que 10 points d’avance sont amplement suffisants et rate la transfo en drop. Il sortira quelques minutes plus tard sur blessure (Karma’s a bitch), accompagné de Kosman qui aura profité d’une caresse sur le museau pour oublier où il habitait. Le PEER revient dans le match avec un essai, avant que Greg ne double sa mise sur un superbe service de la Boisse. 15-5.

Costognos_Peer

C’est le moment choisi par les Costos pour laisser tomber le match. 15-12, puis 15-19, c’est la Bérézina dans le rideau défensif des Costognos. Dommage qu’on n’ait pas eu le temps de travailler ce thème pendant les entraînements.

Mais les Costos ont de la ressource. Ils investissent à nouveau le camp basque. Les mouches ont changé d’âne. 2 pénalités de Diego Armando La Pince Poly (qui sait mieux que personne qu’un point est un point) plus tard, et les Costos repassent en tête : 21-19. Ils parviennent même à conserver le score jusqu’au coup de sifflet final. On a enfin vaincu le PEER en match officiel, et ça ça fait zizir.

Costognos_Peer

CE QU'IL FAUT RETENIR :

- Les Costos sont de mauvaise foi : ils offrent la banane à Doudou pour une tentative de sombrero un poil ratée, alors que Benjamin Dulcide a pris 2 jaunes pour plaquageS en retard et autres filouteries, que Mosa a perdu deux points qui auraient pu coûter très cher. L’assemblée préférera quand même la violence et la nonchalance des autres nominés pour le précieux sésame au panache Ronaldinhesque d’un geste auquel il ne manquait que la réussite pour que son auteur soit qualifié de génie.

- Greg enfile les essais. On soupçonne sa famille et sa douce Lison de lui donner des ailes. Merci à eux et aux quelques autres d’être venus tenir tête à l’armée de supporters basque sur le bord du terrain.

- On s’était fixé comme objectif de gagner ce match, et c’est fait.

- Et puis bordel, on a battu le PEER ! On les apprécie beaucoup, mais on les préfère encore dans ces circonstances. Tout le championnat est prévenu : personne ne bat les Costognos 16 fois d’affilée.

Leave a Reply