Player Profile

Benjamin D.

Troisième ligne

Nationality :Française
Date Of Birth :02/04/1987
Height :
Weight :

D’où viens-tu ?
Philippe Sella, Alfred Armandie, Tonton Ferasse, Conrad Stoltz, François Gelez, Jean-Baptiste Rué, Daniel Dubroca, Jalil Narjissi … ça te dit quelque chose ? Agen bien sûr !

Quel est ton petit surnom et pourquoi ?
Question compliquée ou plutôt complexe :
– « Bouclette » par les plus ancien, rapport à ma chevelure qui ferai pâlir Daniel Balavoine s’il ne s’était pas planté en hélico,
– « Coach » par les petits nouveaux qui croient que ça leur permettra d’être sur la feuille de match,
– « Ben » ou « Benji », par ceux qui ne veulent pas s’emmerder,
– « Benjamin », par ma mère, parce que c’est elle qui a choisit et qu’elle a toujours raison.

Quel est ton métier dans la vie ?
Je suis styliste-assaisonneur; un métier passionnant.
Mon job me permet d’allier mes 2 passions que sont le port du jogging (à prononcer ‘yogging’ pour les béotiens) et l’assaisonnement.
En tant que styliste, je me fait une obligation de toujours bien présenté lorsque je sors (surtout le samedi) en exhibant les plus belles pièces de ma collection qui vont du yog coton décontract ou sarouel chiné à coutures tournantes.
Côté assaisonnement, j’aime pimenter les rencontres du samedi d’un peu de sel (exhausteur de goût par excellence), de poivre (attention à l’utiliser exclusivement en fin de cuisson sinon il donne un goût amer), de noix de muscade (parfait pour les après-midi d’automne pour accompagner marrons et châtaignes) ou de toute autre épice adaptée à une dégustation en bonne et due forme.

Une devise ?
Tu tapes d’abord et tu discutes ensuite.

Ton plat préféré au XV du Rond Point ?
La soupe à la grimace du patron.

Et ton breuvage préféré ?
Le Gin Ziz (une variante du Gin Fizz avec une peu de France 98 dedans).

Ton ancienneté chez les Costognos ?
J’ai rencontré les Costognos par hasard aux Invalides un mercredi soir chaud et humide d’été 2010. Après quelques canons avec Jibite au recrut’, l’entretien d’embauche était terminé : j’étais pris.
Malgré quelques années loin des bases francilienne de l’équipe, je peux me targuer d’être à l’origine de la célèbre filière Nancéienne des Costognos… Non, ne me remercie pas !

Tu faisais quoi avant les Costognos ?
J’étais un homme seul et perdu cherchant un sens à sa vie.

Comment es-tu arrivé chez les Costognos ?
J’ai rencontré les Costognos par hasard aux Invalides un mercredi soir chaud et humide d’été 2010. On a joué un peu à la baballe au milieu des canettes de bières et apprenti guitaristes et leurs groupies puis direction le Recrut’. Après quelques canons avec Jibite et 2/3 « Ricards de la plage », l’entretien d’embauche était terminé : j’étais pris.

Qu’apportes-tu aux Costognos ?
Malgré quelques années loin des bases franciliennes de l’équipe, je peux me targuer d’être à l’origine de la célèbre filière Nancéienne des Costognos… Non, ne me remercie pas !

Depuis, janvier 2015, j’assiste l’excellent Bobo comme coach des avants.

Un secret d’avant-match ? 
Je récite 10 #JeVousSalueBorie et j’embrasse le crâne de Jipette.

Ton meilleur souvenir Costognos ?
La première fois que j’ai vu Muth faire une passe

Et ton pire ?
La première fois que j’ai vu Max nu sous la douche.

Le poste que tu regrettes de ne pas jouer ?
Remplaçant.

Un dossier sur un Costognos ?
Tu me demandes d’enculer un copain là ? Attends, je vais te montrer qu’il n’y pas que les bonbons qui font tomber les dents.

Une idole ?
Francis Cabrel

Une chanson ?
20 ans, de Pierre Bachelet.

Une devinette ?
Tu cours un marathon, et dans une descente, à 100 m de l’arrivée, tu te sens pousser des ailes et tu doubles le second ! Du coup tu te retrouves … ?

Le mot de la fin ?

T’as répondu premier ?!

Abruti !