Tous les sentiments

(NDLR : récit écrit la semaine suivant la finale)

Qu’il est dur d’écrire ce résumé avec l’amertume de la finale.

Tout était dessiné pour que les Costos remportent une magnifique victoire : une première finale, des anciens survoltés et motivés poussant derrière les joueurs, un mix de copains avec des nouveaux venus et des anciens, une volonté très forte des joueurs actuels de remporter ce bouclier, une vidéo magnifique pour nous encourager, et une préparation sérieuse…

Costos_gitans-finale

Costos_gitans-finale

Le match a lieu sous un beau soleil à Pantin, après une belle journée rugby où toutes les finales FFSE se sont déroulées depuis tôt le matin. Les barbecues fument, les supporters font entendre de la voie, la bière coule à flot, et…les pénalités pleuvent ! Début de match où les deux équipes font preuves d’une légère indiscipline sanctionnée immédiatement par un trio arbitral aux aguets. Rares sont les actions construites, sans doute à cause du mix entre une tension perceptible due à la finale, et les petites filouteries des Gitans.

Filouteries qui leur donneront raison jusqu’à la 30eme, où votre serviteur balance un marron face aux arbitres, exaspéré par tant d’injustices ! Les Costognos ont bien résisté jusqu’à la mi-temps pour garder un score serré malgré l’infériorité numérique. 3 points d’écarts, pas d’essais et de l’espoir.

Costos_gitans-finale

Malheureusement, la deuxième mi-temps fut à sens quasi-unique. A cause d’un mix entre le manque de profondeur du banc, des blessures et une défense qui se délient, les Gitans ont pu mettre leur patte sur la partie pour marquer 3 essais de bonne facture. Malgré une réaction d’orgueil des avants Costognos, le score était déjà trop salé pour que nous puissions espérer revenir dans le match. Les Gitans, eux, ont su imposer un rythme grâce à plusieurs joueurs de bon niveau et une belle circulation de balle.

Les Costognos sont donc défaits en finale TOP 14 FFSE pour la première fois à ce stade de la compétition. Nous sommes bien passés par tous les sentiments, sauf celui de la satisfaction ultime de soulever ce « bout de cadre en plastique » et fêter la victoire avec nos amis et familles.

Le sentiment de fierté d’avoir porté ce maillot toute l’année,
Le sentiment d’amitié, car nous ne venons pas aux Costos simplement jouer et s’entraîner, mais on y va parce qu’on y est bien avec des vrais copains,
Le sentiment de tristesse, en témoigne les réactions de plusieurs joueurs, dont notre capitaine, pour qui la victoire était très importante,
Le sentiment d’amertume, d’avoir tout fait pour que cette finale se passe bien et que nous n’avons pas su imprimer notre marque sur la partie,
Le sentiment de revanche, car si nous ne l’avons pas, autant ne pas revenir l’an prochain. Au contraire, l’année prochaine nous serons plus forts.

Seul vrai moment de satisfaction de la journée : la troisième mi-temps ! Le XV du rond-point rempli, le stand popi, Bengue endormi, Poly qui sert à rien, des anciens rigolos, des chansons, de la rigolade…

LE POINT BANANE : Jamais l’élection d’une Banane n’aura été aussi évidente. 3 pénalités en 15 minutes, un jaune pour un gnon devant les arbitres, 7 mois de comportements « désinvoltes » sur le groupe Whatsapp, un prénom composé improbable…je ne me plaindrai pas de cette élection à l’unanimité. Même si mon aînée m’appelle affectueusement « banane » maintenant, je ressors fier d’être le premier à la porter après une finale. L’objectif de l’an prochain, est que ce titre de « banane de la finale » soit décernée à nouveau à un joueur des Costos, mais que ce soit la banane d’une équipe victorieuse.

Même si je sais en écrivant ces lignes que les passionnés de rugby que nous sommes garderont un goût amer de cette journée, je suis rempli d’espoir pour l’an prochain. Après une pause rugby qui va faire du bien, nous aurons tous le cœur serré quand viendra septembre. La famille s’agrandira, comme elle a su le faire cette année (merci de votre accueil, sincèrement !), et nous allons apprendre de cette défaite en finale pour marquer le championnat des couleurs jaune et noir.

Je ne sais qui remercier pour toute la saison passée, et celles d’avant, car je suis encore « jeune » dans l’équipe. Mais je tire tout de même mon chapeau à ceux qui font vivre le club en prenant de leur temps, pour réserver les terrains, organiser les entraînements et les matchs, et en premier lieu Padré, Boris, les coachs et les autres.

A l’année prochaine ! Bon été (saucisse/muscu/saucisse/muscu).
GO COSTOS !

Leave a Reply