Un match nul pas si nul

Winter is coming. Les entrainements sont moins peuplés (les vrais savent). Les sous-couches techniques sont sorties du placard. Brioche a repris 7kg.

Revenons sur le match qui opposait deux équipes qui ont marqué l’histoire de la compétition : Costos/Crocos, EL CLASSICO.
Avec la présence remarquée de coach whisky qui revenait d’after, l’échauffement fut épais, sérieux et plein de concentration.

Une équipe qui a fière allure.

– Le grand retour de Lolo messi en 10, accompagné d’une ligne de 3/4 nouvelle mouture. Louis, le nouveau venu facebookien sera titulaire pour sa première. Il marqua sa sélection d’un essai remarqué (la ou Pierre préféra marquer la sienne par un rouge pour combo-plaquage-coude-en-avant-nuque-explosée).
– L’attelage habituel relégué en porteur d’eau du fait d’absences aux entrainements.
– Une première ligne « classique ». A noter le gros match d’Henri qui commence à vraiment prendre ses marques de droitier, ou sa filouterie en mélée fermée suscite l’admiration de plus d’un.
– Alors que Léo avait enfilé un gilet jaune, c’est bien en titulaire à l’aile que monsieur « salut les loubards » démarra la rencontre.
– Justin Baptou Colbee démarre en 15, pour ne pas attraper un 4ème rhume en 4 titularisations à l’aile (1 ballon touché par match – dans le vestiaire).
– Le tout avec le capitaine, Maxou-la-cisaille. L’arbitre ne se rendant compte de son rôle de capitaine qu’à la 76eme minute, l’animal étant oxy à chaque phase de jeu. Du Boheme comme on l’aime.
– Et toujours pas de Boissonot…marquée du coup par l’absence de photos à la fin du match (comment ça il a repris cette saison ?).

—-

L’entraînement sérieux et la concentration permettent aux Costos d’attaquer le match du bon pied. Essai pour les Crocos en 45 secondes.

La où d’autres équipes se seraient abattus, les courageux Costos, emmenés par un paquet d’avant mettant séance sur séance sur les ballons portés, rattrapaient rapidement les Crocos au score. Plusieurs essais de belle facture, avec notamment la première réalisation de Louis, bravo !

Mais trop vite et trop de fois, les Costos commencèrent à faire trop de petites fautes cassant le bon dynamisme. Et que de déchets, avec au moins 4 ou 5 actions d’essai gâchés. Sans leur brioche national, les 3/4 organisent de belles phases offensives. Mais laissèrent aussi passer trop de joueurs. Beaucoup trop de touches ratées également pour espérer remettre la main sur le match.

Résultats des courses :
– 88 contre-rucks partout,
– aucune mêlée gagnée, ni d’un côté, ni de l’autre,
– 5 essais Costognos,
– 3 essais (donnés) aux Crocos,
– 67 gentilles remarques par mi-temps à l’arbitre du côté du banc,
– 5 jets de bouteille ratés par Yodé
– 3 pizzas napolitaines pour la 12 de wawa

Le tout pour aboutir à un 22-22 à la 70ème. Match sous tension, possession du côté Costo en mode essuie-glace. À ce petit jeu, c’est pourtant le meilleur passeur de l’équipe (des deux côtés) qui se fait intercepter par un Croco opportuniste. Notamment pour respecter la tradition – match contre les crocos = interception.

Un match qui termine pour la première fois depuis 1991, sans une mandale de Benjamin Duclide (ou alors personne ne l’a vu). Un match se terminant également sans cartons jaunes. Étonnant d’ailleurs que coach whisky n’ait pas été expulsé suite à ces rappels à l’ordre cordiaux envers le corps arbitral (« hum hum hum l’arbitre » dès la 3ème minute).

Loin de se laisser démonter, porter par captain Boheme remobilisant ses troupes, les Costos repartent à dame pour égaliser sur un essai de…Lolo Poly, transformé par…Lolo Poly pourtant en plein protocole commotion.

Quelques regrets restent pour les Costos qui ont commis trop de fautes et n’ont pas converti de superbes occasions d’essais à quelques mètres de la ligne. Prometteur contre une équipe du haut de tableau.

La suite contre nos amis du BRUT avant d’enchaîner 2 autres matchs. 3 matchs en 3 samedi avant la dinde de NOËL (on ne parle pas de la femme de…[compléter par qui vous voulez]).

LE POINT BANANE : De l'ammoniac, du monoxyde d'azote, des morpions et 32 sortes de champignons différents... voilà ce que les chercheurs du CNRS ont retrouvé dans la banane absolument dégueulasse que j'ai récupérée. Laissée à Brioche 3 semaines, cela en dit long sur l'état de ses conquêtes après usage. Banane méritée suite à une interception menant les adversaires à l'essai. Une de plus à la collection. Fais chier !