Un match qui aura duré 80 minutes

Pour ce match de rentrée, les Costos ont donc ressorti leurs habits de lumière pour animer la première partie de soirée d’un mariage latino. Les lampions et odeurs de guacamole ne furent pas de trop pour guider une équipe des Costognos amorphe pendant 65 minutes.

Tout avait pourtant bien débuté… 2 minutes de Jeu, suite à coup d’envoi brossé à la François Gélez les jaunes et noirs s’installent dans la moitié de terrain de nos amis du Steak. TchikTchak, renversement dans le fermé, une course rentrante et voilà les Châtaignes qui filent à dame pour la première fois de la saison. Les plus médisants, pour la plupart névrosés, avertiront le marqueur par SMS qu’il s’agit du dernier essai de sa carrière. Loin s’en faut.

La suite ? Les puristes diront que c’était dégueulasse. Les optimistes y verront plutôt de l’incompétence. : un ramassis d’à-peu-près, une myriade de mauvais choix, quelques joutes verbales, mais surtout une pluie de fautes, sanctionnées avec appétit par le frère jumeau de Philippe Lucas.

On passe donc on aux citrons avec un improbable, mais non moins mérité, – 15 points (5-20). Le coach, dans son premier monologue de la saison, nous invite à simplement jouer au rugby en resserrant les lignes et en collant un peu plus le ballon… A croire que la reconversion de Benji, non pas en plombier mais bel et bien en ¾ centre, a suscité des vocations chez les avants, tous prêts à de grandes envolées dans une ligne arrière, qui, il faut le dire, aura dégueulé le ballon pendant près d’une heure.

Mais vomir c’est repartir !
Et c’est donc en se faisant des passes que les Costognos se remettent dans le sens de la marche. Menés 5-27, on marque un premier essai. Inutile de vous préciser que notre buteur du jour (renommé « El Mégo » à titre honorifique et pour l’ensemble de son œuvre face aux perches) a préféré tenter une madjer, histoire de nous inciter à produire du jeu à la main, plutôt que de recoller au pied.

Et il avait raison !
Ni une ni deux, re-essai Costo. Bim-bam-boum, on recolle à 17-27. Les polytechniciens de l’équipe (Henri, Pénible & Taxi en-tête), ont bien posé leurs calculs et sont fiers d’annoncer au reste de l’équipe qu’en marquant 2 essais, on pourrait recoller au score. Ce qui équivaut à peu près à dire que 27 égal 27, mais ça, on n’en est pas encore tout à fait sûr.

7 minutes, c’est le temps qu’il aura fallu aux Costos pour marquer 3 essais et à Charles pour mettre un coup de boule à l’un de nos X, notre cher pilier Henri.

LE POINT BANANE : Chaltiel est un gros vendu.

Voilà donc des Costo laborieux mais des Costos victorieux, contents de retrouver le pitch ensemble et de redémarrer une saison par un succès bonifié. RDV est pris Samedi 21 contre les guichetiers de la SG.

 

Leave a Reply